IAD – Un cycle type

Le gynéco est trouvé, la clinique choisit, ça y est, le grand moment est arrivé : c’est le premier essai. Alors, comment ça se passe ?

Pour cet article, je parlerai d’un cycle type, d’un essai en IAD. Simplement parce que c’est ce que j’ai vécu, et que je ne suis pas encore assez calée en FIV pour en parler. 

J1, le point de départ. 

J1, c’est simple, c’est le premier jour des règles. Le vrai premier jour. Celui où ça coule rouge. Ce jour là, rien à faire.

J3, le début des hostilités.

Si vous partez sur un cycle naturel, vous n’avez toujours rien à faire. Mais si vous partez sur un cycle avec stimulation hormonale, c’est probablement aux alentours de J3 que vous allez être amenées à faire votre 1ere injection. La 1ere est une grande étape, puisque pour la plupart d’entre nous, c’est la première fois qu’on se pique ou que l’on pique quelqu’un. Chez nous, c’est ma compagne qui me faisait les piqûres. Elle piquait et je me pinçais la peau. Un vrai travail d’équipe !

Si vous avez des doutes, avant la première injection, n’hésitez pas à re-visionner les vidéos explicatives que l’on trouve sur YouTube. Par exemple : Ici

Un seul petit conseil, je sortais le stylo injecteur quelques minutes avant l’injection. Le produit est moins froid, on le sent moins passer.

De J8 à J12, le suivi (c’est une moyenne, ça dépendra totalement de votre cycle !)

Le début de la course. En fonction du protocole de la clinique qui vous suit, vous allez devoir entamer les prises de sang et les échographies. D’autres cliniques fonctionnent uniquement par tests d’ovulation.

Les prises de sang permettent de doser la LH, l’oestradiol et la progestérone. (Une fois de plus, toutes les cliniques ne fonctionnent pas pareil, et il se peut que vous ayez d’autres dosages à faire, en plus, ou en moins). Ces dosages permettront de savoir où vous en êtes dans votre cycle et ainsi, anticiper et éviter de passer à côté de l’ovulation. Attention, pensez bien à préciser qu’il vous faut les résultats dans la journée, pour pouvoir les transmettre à temps à votre clinique.

Les échographies permettront de contrôler la croissance des follicules, leurs nombres et, en fonction des résultats, ajuster les dosages de la stimulation hormonales.

Une fois tous les résultats obtenus, vous allez pouvoir les transmettre à votre référent à la clinique. En fonction des résultats, il vous demandera sûrement un second contrôle quelques jours plus tard. Pour moi, par exemple, il fallait 2 à 3 contrôles par cycle : J8, J10 et J12. J’espère que vous aimez bien votre gynécologue, parce qu’en PMA, vous risquez de le voir régulièrement !

J12, le déclenchement (+ ou – , en fonction de vos résultats)

Les résultats sont bons, vous avez le feu vers de la clinique pour déclencher l’ovulation ? Alors c’est votre dernière piqûre, souvent un stylo d’Ovitrelle. Si vous avez un doute sur l’administration de l’Ovitrelle, une petite vidéo explicative ici.

La clinique vous a certainement donné une heure de déclenchement. Essayez de bien la respecter, puisque l’ovulation se fait, en moyenne, 37 à 40h après l’injection. Et si votre heure d’injection est au milieu de la nuit, n’oubliez pas de mettre un réveil !

Voilà, vous êtes prêtes à décoller, rouler ou prendre le train, direction votre clinique. Les inséminations ont souvent lieu 36h après le déclenchement, il faut aimer les départs précipités !

J14, jour de l’insémination -> 0 DPO

Le déclenchement a bien été fait, et ça y est, vous êtes sur place. Notre clinique nous conseillait toujours de venir avec la vessie pleine, cela facilite le passage du col. L’insémination est très rapide, et non douloureuse. On vous proposera sans doute de restez quelques instants allongée, puis vous pourrez repartir tranquillement. Pas de restrictions particulières, il est important de continuer à vivre normalement, et d’essayer de lâcher prise. Je sais, c’est plus simple à dire qu’à faire.

Si votre clinique vous a prescrit des ovules de progestérone, c’est ce jour qu’il faut commencer.

Ce jour est aussi appelé « 0 DPO » (Day Post Ovulation). Et c’est parti pour 14 jours de patience.

14 DPO, le résultat.

Si la prise de sang est fiable à partir de 12 DPO, la plupart des cliniques recommandent d’attendre 14 DPO avant de faire le test.

J’insiste sur le MINIMUM 12 DPO, car l’ovitrelle est présent 10 jours dans l’organisme et fausserait vos résultats. Le test pourrait être positif alors qu’il n’y a pas de grossesse en cours.

Si les tests pipi sont de plus en plus fiables, seule la prise de sang vous indiquera clairement si une grossesse est en cours ou non.

Si vous êtes enceinte, il vous faudra continuer les ovules de progestérone. Les arrêter à ce stade pourrait être dangereux pour la grossesse.Si vous n’êtes pas enceinte, vous allez pouvoir les arrêter, et vos règles ne tarderont pas à arriver.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s